jeudi, février 16, 2017

.




Dans la jeunesse du monde

les hommes dansent et chantent












et imitent les objets naturels, en observant dans ces actions, comme dans toutes les autres, un certain rythme ou ordre(...)Dans l'enfance de la société, tout auteur est nécessairement poète, parce que le langage est lui-même poésie; et être poète, c'est percevoir le vrai et le beau, en un mot, le bien qui existe dans la relation établie, premièrement entre existence et perception, et deuxièmement, entre perception et expression. Toute langue primitive près de sa source est en elle-même le chaos d'un poème cyclique(...)


Mais les poètes, ou ceux qui imaginent et expriment cet ordre indestructible, ne sont pas seulement les auteurs de la langue et de la musique, de la danse et de l'architecture, de la statuaire et de la peinture: ils sont aussi les créateurs des lois et les fondateurs de la société civile, les inventeurs des arts de la vie et les maîtres qui rapprochent quelque peu du beau et du bien cette appréhension partielle des lois du monde invisible qu'on appelle religion(...)Car non seulement le poète voit intensément le présent tel qu'il est, et découvre les lois selon lesquelles les choses présentes devraient être ordonnées, mais il voit également l'avenir dans le présent, et ses pensées sont les germes de la fleur et du fruit des temps derniers(...)


Un poème est l'image même de la vie exprimée dans sa vérité éternelle(..)Le temps, qui détruit la beauté et l'utilité de l'histoire des faits particuliers, dépouillés de la poésie qui devrait les habiter, accroît celles de la poésie, et ne cesse de développer de nouvelles et merveilleuses applications de la vérité éternelle qu'elle contient(...)Une histoire des faits particuliers est comme un miroir qui obscurcit et déforme ce qui devrait être beau; la poésie est un miroir qui embellit ce qui est déformé(...)


La poésie éveille et élargit l'esprit lui-même en en faisant le siège de mille combinaisons nouvelles de pensées. La poésie soulève le voile de la beauté cachée du monde, et fait que les objets familiers semblent n'être plus familiers; elle recrée tout ce qu'elle représente, et les personnifications vêtues de sa lumière élyséenne s'impriment à tout jamais dans l'esprit de ceux qui les ont une fois contemplées, comme des images de cet aimable et chaleureux contentement qui s'étend à toutes les pensées, et à toutes les actions avec lesquelles il coexiste. Le grand secret de la morale est l'amour, cette saillie hors de nous-même, et notre identification à la beauté d'une pensée, d'une action, ou d'une personne qui n'est pas nous. Pour être vraiment bon, un homme doit imaginer avec force et étendue; il doit se mettre à la place d'un autre, et de bien d'autres; les peines et les plaisirs de ses semblables doivent devenir les siens. Le grand instrument du bien moral est l'imagination; et la poésie concourt à l'effet en agissant sur la cause. La poésie élargit le cercle de l'imagination et la nourrit de pensées, fertiles en joies nouvelles, qui ont le pouvoir d'attirer et d'assimiler dans leur essence propre toutes les autres pensées, et constituent de nouveaux intervalles ou interstices, dont le vide appellera toujours de nouvelles nourritures(...)


Toute haute poésie est infinie; elle est comme le premier gland qui contenait en puissance tous les chênes. Voile après voile pourraient être levés, sans jamais mettre à nu la beauté plus secrète de ce qu'elle veut dire. Un grand poème est une fontaine débordant à jamais de sagesse et d'enchantement(...)


Nous avons plus de sagesse morale, politique et historique, que nous ne savons en mettre en pratique; de connaissances scientifiques et économiques, que nous ne pouvons en appliquer à la juste distribution du produit qu'elles multiplient. La poésie, dans ces systèmes de pensée, est masquée par l'accumulation des faits et des calculs. Nous n'ignorons rien de ce qui est le plus sage et meilleur en fait de morale, de gouvernement et d'économie politique, ou, tout au moins, de ce qui est plus sage et meilleur que ce que les hommes pratiquent et endurent aujourd'hui. Mais nous laissons "je n'ose pas suivre je voudrais bien, comme le pauvre chat de l'adage." Il nous manque la faculté créatrice pour imaginer ce que nous savons; il nous manque l'élan de générosité pour réaliser ce que nous imaginons; il nous manque la poésie de la vie: nos calculs ont dépassé la conception; nous avons mangé plus que nous ne pouvons digérer(...)


La fonction poétique est double: d'une part, elle crée de nouveaux matériaux de connaissance, d'énergie et de plaisir; de l'autre, elle fait naître dans l'esprit un désir de les reproduire et de les agencer selon un certain rythme et un certain ordre, que l'on peut appeler le beau et le bien. La culture de la poésie n'est jamais plus désirable qu'aux époques pendant lesquelles, par suite d'excès d'égoïsme et de calcul, l'accumulation des matériaux de la vie extérieure dépasse le pouvoir que nous avons de les assimiler aux lois intérieures de la nature humaine. Ainsi le corps devient-il trop pesant pour l'esprit qui l'anime.


La poésie est en effet une chose divine. Elle est tout à la fois le centre et la circonférence du savoir; elle englobe toute science, et toute science doit se reporter à elle. Elle est en même temps la racine et la fleur de tout autre système de pensée; elle est la source de toute chose, et ce qui embellit tout; et si elle est flétrie, elle ne donne plus ni semence ni fruit, et refuse au monde stérile sa sève et les greffons successifs de l'arbre de vie. Elle est la forme et la fleur parfaites et accomplies de toute chose, elle est ce que l'odeur et la couleur de la rose sont à la texture des éléments qui la composent, ce que la forme et la splendeur de la beauté  épanouie sont aux secrets de l'anatomie et de la corruption. Que seraient la vertu, l'amour, le patriotisme, l'amitié -que serait le spectacle de ce bel univers dans lequel nous vivons; que seraient nos consolations de ce côté de la tombe- et nos aspirations de l'autre, si la poésie ne s'élevait pour nous porter lumière et feu de ces régions éternelles où le calcul aux ailes de hibou n'ose jamais mener son vol?(...)


Les poètes peuvent également imprégner tout ce qu'ils composent des nuances fugitives de ce monde éthéré; un mot, un trait dans la représentation d'un paysage ou d'une passion, touchera la corde enchantée et ranimera, chez ceux qui ont déjà éprouvé ces émotions, l'image endormie, froide et ensevelie du passé. Ainsi la poésie rend immortel tout ce qu'il y a de meilleur et de plus beau dans le monde: elle retient les apparitions fugitives qui hantent les nuits sans lune de la vie, et, les voilant de langage ou de forme, les envoie à travers l'humanité, porter les douces nouvelles d'une joie semblable à ceux dont les pensées restent obscures, parce qu'elles ne trouvent pas les portes de l'expression pour s'échapper, des cavernes de l'esprit qu'elles habitent, dans l'univers des choses. La poésie sauve du déclin les visitations de la divinité dans l'homme.


La poésie transforme toute chose en beauté; elle exalte la beauté de ce qu'il y a de plus beau, et en ajoute à ce qu'il y a de plus déformé; elle marie l'allégresse et l'horreur, la douleur et le plaisir, l'éternité et le changement; elle tient unies, sous son joug aérien, toutes les choses inconciliables. Elle transmue tout ce qu'elle touche, et toute forme qui passe dans le rayonnement de sa présence devient, par merveilleuse sympathie, une incarnation de l'esprit qu'elle exhale: son alchimie secrète transforme en élixir les eaux empoisonnées qui coulent de la mort dans la vie; elle arrache du monde le voile de la familiarité, et découvre la beauté nue et endormie qui est l'esprit des formes(...)


Le plus infaillible héraut, compagnon, partisan de l'éveil d'un grand peuple à l'accomplissement d'un changement bénéfique dans l'opinion ou les institutions, c'est la poésie. A de telles époques s'accumule le pouvoir de donner et de recevoir des conceptions intenses et exaltées touchant l'homme et la nature(...)Il est impossible de lire les œuvres des écrivains les plus célèbres d'aujourd'hui sans être saisi par la vie électrique qui crépite dans leurs mots. Ils mesurent la circonférence, et sondent la profondeur de la nature humaine de leur esprit compréhensif et pénétrant, et peut-être sont-ils eux-mêmes les plus sincèrement surpris par ses manifestations; car c'est moins leur esprit que l'esprit de leur siècle. Les poètes sont les hiérophantes d'une inspiration imprévue; les miroirs des ombres gigantesques que l'avenir projette sur le présent; les mots qui expriment ce qu'ils ne comprennent pas; les trompettes qui sonnent la bataille et ne sentent pas ce qu'elles inspirent; l'influence qui n'est pas mue mais qui meut. Les poètes sont les législateurs non reconnus du monde.































.
.



igluviak

from Building an Igloo 














by Ulli Steltzer text and photos 

Douglas & McIntyre

Toronto

1981

Tookillkee Kiguktak

and his son Jopee demonstrate 

building an igloo

They live in Griese Fiord

on Ellesmere Island 

Canadian arctic








































.
.



Les corps célestes

sont des roues de feu séparées du feu

qui encercle le monde  et encloses dans l'air









Et elles ont des évents pour respirer

sortes de trous pareils à des tuyaux

par lesquels sont vus les corps célestes


Pour cette raison

aussi

lorsque les évents sont obstrues

les éclipses se produisent


Et la lune semble tantôt croître

et tantôt décroître

selon que ces trous s'ouvrent

ou se ferment




























.
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 8 A.a.H A.L. A.R7 A7 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Ristat Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.P. vazquez VE Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog