mardi, octobre 24, 2017

.




Tourbière d'octobre  musique et silence

cette heure si riche 

nous dit











que l'univers est courbe comme la paume

de la main

comme le reflet dans l'eau 

d'un menton

comme le grain


il y a 

des trous dans le ciel

il y a

derrière les yeux une fenêtre minuscule

qui ne ferme pas



heure mystérieuse
de la musique           

heure mystérieuse 
du silence































.
.



l'alphabet  

la vue  le corps      les choses

s'harmonisent











les événements de ma vie se déploient

devant mes yeux


du bonheur dans le 

temps

du bonheur dans le 

silence

le souffle s'imprime

petite pulsation des heures


il pleuvait

les jours passaient

il n'y avait que cela     la pluie



dévorante lecture



lisez hardiment 

vous y trouverez évidence de fruit


quand l'esprit se contemple lui-même  
ainsi que sa puissance d'agir  
il est joyeux   

d'autant plus qu'il s'imagine plus 
distinctement 
lui-même 

ainsi que sa puissance 
d'agir

distinctement




















.






.




l'humidité apaisera les arbres


où est le virage que prennent

les pommes

les vertes comme les rouges

quand elles virent 

au brun
































.

lundi, octobre 23, 2017

.


James Joyce    

F.W

11

Aujourd'hui,
comme au temps de Pline et de Columelle,









la  jacinthe se plaît dans les Gaules,
la pervenche en Illyrie,
la marguerite sur les ruines de Numance,
et pendant qu'autour d'elles ces villes
ont changé de maîtres et de noms,
que plusieurs sont entrées dans le néant,
que les civilisations se sont choquées et brisées,
leurs paisibles générations ont traversé les âges
et sont arrivées jusqu'à nous,
fraîches et vivantes comme aux jours des batailles.



*


Il s'agit d'une phrase magnifique

d'Edgar-Quinet

avec laquelle Joyce avait un jour

étonné

John Sullivan en la lui récitant

boulevard

Edgar-Quinet  le long du cimetière

Montparnasse































.

.





Charles Olson    Le vers projectif















traduction d’Auxeméry

projectile  percussif   prospectif

contre

Le NON-Projectif

c’est-à-dire ce qu’un critique français appelle le vers “fermé”, le vers qu’engendre l’imprimé, et qui est le plus clair de ce que nous avons eu, en anglais & en américain, et que nous avons encore, malgré l’œuvre de Pound & de Williams :

c’est ce qui a amené, il y a cent ans déjà, Keats à le considérer (le vers de Milton, de Wordsworth) à la lumière du “Sublime égotiste” ; et il a encore la vie dure de nos jours, et c’est ce qu’on pourrait appeler un étalage-de-l’âme-sur-les-murs-publics

Oeuvres Ouvertes 

Laurent Margantin






























.

.




le sourire de Benveniste

La phrase,
création indéfinie, variété sans limite,

est la vie même du langage 
en action.

*











une vie de 45 phrases-années

dans une sorte de mise en abyme fractale

My Life

offre d'abord une splendide collection de

phrases

affirmatives

négatives et interrogatives   simples et

complexes

grammaticalement correctes ou incorrectes

logiquement

cohérentes ou absurdes   aphorismes qui invitent

à la réflexion ou brisures énigmatiques qui restent

en tête


*




Silliman propose de détourner la phrase de sa

finalité discursive 

pour la considérer comme unité métrique

en remplacement du vers 

libre

en concurrence avec le poème en

prose ...
































.
.


23

ce n'était qu'une

coïncidence

les arbres sont capables de 

compositions


*





j'y ajoutais une date

comme si avec mon nom

je m'appropriais le livre et

avec la date je contextualisais son contenu

dans mon histoire et y associais une lecture



pour tenter l’approche d’une femme

disparue 

la voie la meilleure passe 

par soi-même





























.
.




midi sans cesse

migdia cec de llum

cenit ciego, sol

*















mont blanc, bleu seul

cim blanc, blau sol

cima blanca, azul solo



*

Oeuvre de poésie minimale en trois langues, français, espagnol et catalan, dans lesquelles l'auteur compose successivement ses textes. Chaque version n'est pas à proprement parler, la traduction de l'autre mais la réitération de l'intention poétique initiale. La présence du même énoncé dans ces trois langues permet d'accéder à l'espace linguistique de l'Europe méridionale dans ses variations. 

*

Blanc : Topoèmologie
une poétique antartique
Interview de Ramon Dachs par Marta Martínez Valls

la clé des langues
































.
.





dans l'ordre de ce jour

elle a vu quelque chose















a eu un choc

étincelant varié multiple

ne cesse depuis d'en éprouver la vibration



au ciel rouge

elle a lutté avec un ours

au ciel jaune

elle a parlé avec un loup








L.A.Photographies octobre 2017































.
.




Caillebotis

chemin de circulation














Ce nom trouve sa source dans l'étagère à 

claire-voie 

utilisée pour égoutter le fromage 

caillebotte



W

articles connexes

chemin de rondins tourbière tourbe

pergélisol 



L.A.Photographie les Saisies octobre 2017































.

.




RACINES 

Racine de la terre













grande racine de la terre

je te donne

les paroles d'un chant :



le blanc vient, le blanc gagne

les noirs piliers du monde.


Jusqu'au fond, tout au fond

il fallait accomplir le voyage









L.A.Photographies 
les Saisies octobre 2017































.
.





ce jour d'octobre

au milieu de la Grande-Tourbière des Saisies

comme

en Territoires chamaniques

*








pendant ce temps
tout au fond de la grotte
un homme gravait
sur un fragment de ramure
une mêlée mouvante
de cerfs et de saumons





Photographie Mathilde octobre 2017































.

.




j'ai revêtu 

une multitude d'aspects

avant d'acquérir ma forme 

définitive








il m'en souvient très clairement

j'ai été goutte de pluie 
dans les airs

j'ai été mot parmi 
les lettres

j'ai été livre dans 
l'origine

...


















j'ai été arbre 

au bois mystérieux







L.A.  Photographies
 les Saisies octobre 2017 
avec Mathilde































.
.




bizarrerie



extravagance

originalité

singularité



en déséquilibre sur l'horizon

s'étirait la fin d'un jour d'automne

un grand silence régnait sur la tourbière

mais il y avait des chuchotements 





















la nature s'éloigne des habitudes

la nature 

est

excentricité








L.A.Photographies 
les Saisies octobre 2017


























.
.



Un beau matin, le lendemain, 

lentement 










les bases géologiques m'apparaissent, des couches s'établissent, les grands plans de ma toile, j'en dessine mentalement le squelette pierreux. Je vois affleurer les roches sous l'eau, peser le ciel. Tout tombe d'aplomb. Une pâle palpitation enveloppe les aspects linéaires. Les terres rouges sortent d'un abîme. Je commence à me séparer du paysage, à le voir. Je m'en dégage avec cette première esquisse, ces lignes géologiques. La géométrie, mesure de la terre. Une tendre émotion me prend. Des racines de cette émotion monte la sève, les couleurs. Une sorte de délivrance. Le rayonnement de l'âme, le regard, le mystère extériorisé, l'échange entre la terre et le soleil, l'idéal et la réalité, les couleurs ! Une logique aérienne, colorée, remplace brusquement la sombre, la têtue géométrie. Tout s'organise, les arbres, les champs, les maisons. Je vois. Par taches. L'assise géologique, le travail préparatoire, le monde du dessin s'enfonce, s'est écroulé comme dans une catastrophe. Un cataclysme l'a emporté, régénéré. Une nouvelle période vit. Paul Cézanne à Joachim Gasquet































.

dimanche, octobre 22, 2017

*

arrive moi désert assouvi 

désolé blanc

finissant

blanc soif pure blanc
sur blanc
bleu

fluctuant sans rive
clarté éclatante
envie 
du

tout imminente 
la nuit incessantes 
les ondes

limpidité d'eau mer 
d'outremer
midi

sans cesse mont blanc 
bleu seul
mort

flot montant né 
net névé si 
vierge

retour repos rive reverdissant 
salant
de l'

aube sel soif blanche 
torrent terrain
fluent

totalité sans ombres vacant 
sonore
vacant 
sonore

neige d'antan


*






























.
.



22 OCTOBRE

Mort de Paul Cézanne

Je continue à travailler : il n'y a que le travail,












difficulté qui donne la satisfaction.

Il faut poursuivre,

je dis toujours la même chose.


*





























.



*

Les années passent,
années qui ne
manquaient pas,
j'imagine,
d'incidents


Quelque part,

quelque là,

confusion à tout va,

empêtrée dans le langage.






























.
.


Sa vie

22

voulait-elle dire gouttière ou

guitare

comme cordage ou collage








le livre était une sorte de

protection

parce que son intrigue était 

meilleure


écoute tomber les gouttes

les limites de la personnalité


je lisais plusieurs livres 

à la fois

en général trois

plus encore si plus vite


difficile de se détourner de l'eau 

qui bouge


s'il ne se passe rien dehors 

à la fenêtre

regarde les livres































.


*

LE PORC

Je peindrai ici l’image du Porc.


C’est une bête solide et tout 

d’une pièce ; 

sans jointure et sans 

cou, 

ça fonce en avant comme un 

soc. 














Cahotant sur ses quatre jambons trapus, c’est une trompe en marche qui quête, et toute odeur qu’il sent, y appliquant son corps de pompe, il l’ingurgite. Que s’il a trouvé le trou qu’il faut, il s’y vautre avec énormité. Ce n’est point le frétillement du canard qui entre à l’eau, ce n’est point l’allégresse sociable du chien ; c’est une jouissance profonde, solitaire, consciente, intégrale. Il renifle, il sirote, il déguste, et l’on ne sait s’il boit ou s’il mange ; tout rond, avec un petit tressaillement, il s’avance et s’enfonce au gras sein de la boue fraîche ; il grogne, il jouit jusque dans le recès de sa triperie, il cligne de l’ ?il. Amateur profond, bien que l’appareil toujours en action de son odorat ne laisse rien perdre, ses goûts ne vont point aux parfums passagers des fleurs ou de fruits frivoles ; en tout il cherche la nourriture : il l’aime riche, puissante, mûrie, et son instinct l’attache à ces deux choses, fondamental : la terre, l’ordure.

Gourmand, paillard ! si je vous présente ce modèle, avouez-le : quelque chose manque à votre satisfaction. Ni le corps ne se suffit à lui-même, ni la doctrine qu’il nous enseigne n’est vaine. « N’applique point à la vérité l’ ?il seul, mais tout cela sans réserve qui est toi-même. » Le bonheur est notre devoir et notre patrimoine. Une certaine possession, parfaite est donnée.

- Mais telle que celle qui fournit à Énée des présages, la rencontre d’une truie me paraît toujours augurale, un emblème politique. Son flanc est plus obscur que les collines qu’on voit au travers de la pluie, et quand elle se couche, donnant à boire au bataillon de marcassins qui lui marche entre les jambes, elle me paraît l’image même de ces monts que traient les grappes de villages attachés à leurs torrents, non moins massive et non moins difforme.

Je n’omets pas que le sang de cochon 

sert à fixer l’or.


Paul Claudel

Connaissance de l’Est 

1900































.

samedi, octobre 21, 2017

.



Le livre. 

Couvrant une large palette 










de sujets – de la peste et la première danse macabre en passant par le développement de la perspective ou les recettes pour les pigments – ce nouveau recueil de Cole Swensen prend place dans le XVème siècle français, une fertile et tragique période de transition entre le Moyen Âge et la Renaissance. 

Inspirée par le célèbre livre d’heures Les Très riches heures du Duc de Berry dont elle suit le calendrier, l’auteure explore la manière dont les arts interagissent avec l’histoire qui s’avance. Philosophie, souffrance et beauté parcourent ce recueil d’une rare puissance où la précision historique, loin de le restreindre à une époque, amène, comme à l’insu de l’auteure, de troublants rapprochements

*

Cambre
maintenant ces arbres
mon amour, trois
arcs délicats
dont la courbe s'éloigne

de cela
crée l'étendue de

à la façon dont tu tournes le dos

Les petits arbres
cadastrent les mondes

Deux hommes seuls dans leurs barques.


Cole Swensen 

José Corti
Littérature Étrangère 2007
Traduit par Maïtreyi et Nicolas Pesquès




























.
.



feuilles alternes

de 15-17 folioles à bords 

dentés












du celte : sor rude + mel miel

sorbier

des Rosacées sous-famille des Malacées

*



écrire devrait être aussi facile que laver la vaisselle

et aussi passionnant 



un enfant pourrait faire ce que je fais mais

il n'oserait pas

de peur d'être traité 

d'idiot































.
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Ristat Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky Zürn

Archives du blog