dimanche, décembre 31, 2017


J'aime

l’incroyable liberté de l’eau
les verres
les tasses
les bouteilles
les embrasures
les angles
la cryptographie
la clandestinité
les complicités
les perles
les lagunes
le sable
l’argile
les haies
les criques 
les anses
les baies
les greniers
les caves

les voyageurs du temps








les illusions
les rêves
le chiffre 8
la vérité 
le secret






































Au premier millénaire 

avant notre ère

les dédicaces de construction étaient écrites 

sur des cylindres 










avec des extrémités effilées

comme celles-ci

qui étaient ensuite dissimulées

dans les murs


Ici

le long texte en trois colonnes commémore

la reconstruction du temple

du dieu

Lugal-Marada à Marad 

par le roi

Nabuchodonosor II






































Le champ récepteur d'une poésie sensorielle 

désigne 

l'ensemble des récepteurs 

en relation 

avec la poésie sensorielle







Il est constitué de deux parties  

centre et périphérie

deux parties antagonistes l’une de l’autre 

centre excitateur périphérie inhibitrice


Il améliore le contraste et donc la précision 

de la perception




*



H. écoutait intensément

pris par la vision d’un puissant cercle 

dans le temps

refermé sur lui-même et traversant l' éternité 

sur une partie de son parcours ...


Cercle complet ! 

Cercle complet ! 



Et aucun moyen pour H. de briser le cercle 

en un seul et dernier 

défi ...


Le cercle tourne et tourne sans cesse 


Toute la question du récit sera ensuite 

est-ce que le cercle

peut se briser ?









































La mort de l'auteur 

de Barthes 

a révélé 

que la paternité d'un livre

est une invention

capitaliste


ça n'a pas tué la paternité de l'auteur

mais simplement montré à quel point c'était

un concept creux






















Notre conscience est saturée par les fontaines

de textes des réseaux sociaux


à cause de Barthes

nous sommes entraînés à lire sans nous attarder

sur l'intention de l'auteur


Pendant ce temps

les nouvelles technologies qui suivent la logique

capitaliste continuent de prouver l'absurdité

de la tradition postmoderne


*


Les artistes mettent le bordel et laissent aux autres

le soin de nettoyer
































Car un laque 

décoré à la poudre d’or 

n’est pas fait pour être embrassé 

d’un seul coup d’œil dans un endroit illuminé, 













mais pour être deviné dans un lieu obscur, dans une lueur diffuse qui, par instants, en révèle l’un ou l’autre détail, de telle sorte que, la majeure partie de son décor somptueux constamment caché dans l’ombre, il suscite des résonances inexprimables.


De plus, la brillance de sa surface étincelante reflète, quand il est placé dans un lieu obscur, l’agitation de la flamme du luminaire, décelant ainsi le moindre courant d’air qui traverse de temps à autre la pièce la plus calme, et discrètement incite l’homme à la rêverie. N’étaient les objets de laque dans l’espace ombreux, ce monde de rêve à l’incertaine clarté que sécrètent chandelles ou lampes à huile, ce battement du pouls de la nuit que sont les clignotements de la flamme, perdraient à coup sûr une bonne part de leur fascination. Ainsi que de minces filets d’eau courant sur les nattes pour se rassembler en nappes stagnantes, les rayons de lumière sont captés, l’un ici, l’autre là, puis se propagent ténus, incertains et scintillants, tissant sur la trame de la nuit comme un damas fait de ces dessins à la poudre d’or. 
































samedi, décembre 30, 2017





Etienne Binet  

Le Citron


Le Citronnier à la feuille

d’Orangier

tousiours verte, les branches flexibiles,

revestuë d’escorce

verdastre








et épineuse, ses fleurs sont purpurées, en forme de clochette embaumée, du milieu pendillent de petits filets : il est tousjours meublé de fruicts, les uns naissent et se mettent au monde, les autres se poussent à la maturité ; les autres sont de cueillette, et prests à tomber pour faire place aux autres. 

Les Citrons, 

gros comme Melons ne sont pas si bons au goust 

que les petits, 

ils sont plus requis des Apoticaires, 

à cause qu’ils ont plus de chair pour 

confire au sucre. 

La peau est d’or raboteux, ridé, inégal, et bosseté ; ils sont longuets, d’escorce charnüe et espaisse, d’odeur fort soüefve ; la moüelle sous la peau est aigre, pleine de jus, au mitan la graine (comme grains d’orge) vestüe d’une escorce dure, amere au goust, mais bonne contre le poison ; et les morsures des serpents ne nuisent aucunement quand on en a mangé (Athen. 1. c. en rapporte une belle histoire) elle trenche la melancholie et conforte le coeur comme aussi le fruict mangé cru, la semence toutefois n’est pas bonne à manger. 

Le Limon est plus court, moins enflé, plus petit que le Citron, sa pelure est plus mince et dorée d’un or plus blaffard, comme un d’un or paillé et pasle, plus aigre au goust, plus riche en jus, longuets et en appointant, mais la pointe est un peu tortüe. 

Pour de si gros fruicts il y a de quoi s’estonner voyant la petite queuë qui les soutient, quelle liaison et quelle colle peut les tenir si ferme qu’il ne se laisse emporter par un si grand poids ? 

La peau n’est pas lissée, unie, et uniforme, mais sursemée de petites enfleures, la fueille plus large que celle de Laurier, mais comme toile, toute pertuisée, et troüée à jour, dentelée tout autour, d’odeur fort agreable. 

L’Orange est vrayment de l’or enflé en pomme, car sa peau est d’un or naïf, cet or s’affine à mesure qu’elles se meurissent ; la fleur est blanche, d’odeur delicate de loin, de près trop aigue et donnant en teste ; son fruict est un petit grain verdelet sortant du sein et du coeur de la fleur ; il s’enfle petit à petit de verjus, il se cuit à la faveur du Soleil, il jaunit doucement, entre-meslant le saphir de sa verdure avec l’or naissant, l’or gaigne tout à la fin, et couvre toute la chair et le jus. 



La fueille est comme du Laurier, 

mais lissée, 

large, 

odorante, 

espaisse, 

trenchée de peu de filets et veines nourissantes, 

finissant en pointe. 



La branche est vestüe d’une escorce verde, blanchastre, tousjours chargée de fueilles et de fruict aussi. 

L’escorce de l’Orange est grasse, amere, acre, mais cependant pleine de la plus delicate substance que les bons alterez espreignent sur le vin pour donner pointe au vin, et esperon à la langue, et esveiller l’appetit de boire. 

L’eau distilliée des Limons est tres-bone pour le fard de ces popines qui mettent toute leur cervelle sur leur visage enluminé et plastré. 

L’eau des fleurs d’Oranges est excellente pour les parfumiers ; il y a des Oranges douces, des aigres, des vineuses, les secondes sont excellentes pour purifier le sang, et garder la pourriture, quel plaisir de voir ces petites bouteilles pleines d’un jus tant agreable, toutes pendües à un arbre, et se meurissant peu à peu, se mesnageant à dessein pour en divers temps ouvrir l’appetit des dégouttez et nous conserver en vie ?

Etienne Binet

Essay des merveilles de nature

et des plus nobles 

artifices

1622.

*

François Bon parle d'Etienne Binet




































35° 57' LATITUDE NORD 15° 16' LONGITUDE OUEST


C'est aujourd'hui que c'est arrivé


Je guettais l'événement depuis le début 

de la traversée


La mer était belle avec une grosse houle de fond 

qui nous faisait rouler























Le ciel était couvert depuis le matin

Il était 4 heures de l'après-midi

J'étais en train de jouer aux dominos

Tout à coup je poussai un cri et courus sur le pont

C'est ça c'est ça

Le bleu d'oultremer

Le bleu perroquet du ciel

Atmosphère chaude


On ne sait pas comment cela s'est passé et comment

définir la chose
Mais tout monte d'un degré de tonalité
Le soir j'en avais la preuve par quatre
Le ciel était maintenant pur
Le soleil couchant comme une roue
La pleine lune comme une autre roue
Et les étoiles plus grandes plus grandes

Ce point se trouve entre
Madère à tribord et
Casablanca

à bâbord
Déjà


Blaise Cendras

































Perec



tu marches ou tu ne marches pas

tu dors ou tu ne dors pas

tu descends tes six étages 

tu les remontes




















tu achètes le Monde ou tu ne l'achètes pas

tu manges ou tu ne manges pas

tu t'assieds

tu t'étends

tu restes debout

tu te glisses dans la salle obscure d'un cinéma

tu allumes une cigarette

tu traverses la rue

tu traverses la Seine

tu t'arrêtes

tu repars

tu joues


Un homme qui dort
































vendredi, décembre 29, 2017







Masao Yamamoto

*











Les athéniens modernes appellent leur chouette

koukoubagia ou koukkos

une chouette donc

la Chouette d'Athéna

la Chevêche

Athene noctua




kikkabau

on dit que les chouettes crient cela

C'est pourquoi on les appelle

kikkabas ou kikumidas comme

Callimaque

très douce kikumis

ou Homère

les dieux l'appellent chalkide






































Une seule chose est nécessaire

la solitude.

La grande solitude 

intérieure. 












Aller en soi-même, et ne rencontrer, des heures durant, 
personne - c'est à cela qu'il faut 
parvenir.

Être seul comme l'enfant est seul quand les grandes personnes vont et viennent, mêlées à des choses qui semblent grandes à l'enfant et importantes du seul fait que les grandes personnes s'en affairent et que l'enfant ne comprend rien à ce qu'elle font.

S'il n'est pas de communion entre les hommes et vous, essayez d'être près des choses: elles ne vous abandonneront pas. Il y a encore des nuits, il y a encore des vents qui agitent les arbres et courent sur les pays.

Dans le monde des choses et celui des bêtes, tout est plein d'événements auxquels vous pouvez prendre part.

Les enfants sont toujours comme l'enfant que vous fûtes: tristes et heureux; et si vous pensez à votre enfance, vous revivez parmi eux, parmi les enfants secrets. Les grandes personnes ne sont rien, leur dignité ne répond à rien.



Lettres à un jeune poète


*






Le poète en partance vers l’ailleurs

Quelques images pour Rilke

Choix de textes

Bibliographie

Esprits Nomades

ici






































Marche,

entre dans l'expérience à la force 

des sens.













Étrange figure 

de danse dans la nuit,

le terrestre devient cet aliment 

qui te consume.


29 décembre

Mort de Rainer Maria Rilke


*



Rainer Maria Rilke est significatif pour notre époque, 
ce poète le plus éloigné dans l’éloignement, 
le plus élevé dans le sublime,
le plus solitaire dans sa solitude, 
est le contre-poids de notre temps .

Marina Tsvetaeva.

*


jour

un peu de transparence

se détache




c'est quelque chose de strictement

imprononçable


ça tient compagnie et puis ça

disparaît




























jeudi, décembre 28, 2017








Kintsugi

C’est l’art japonais 

qui consiste à remplir 

les fissures d’un objet brisé













avec de la résine où on a dilué

de la poudre

d’or




Au lieu de dissimuler

la fente

on la souligne avec une substance 

lumineuse

qui a parfois plus de valeur

que l’objet même



C’est ainsi qu’on ennoblit

l’objet



au lieu de cacher les cicatrices de la vie

on les exhibe
































Avons-nous vraiment besoin d'un autre

poème

décrivant la manière dont la lumière tombe

sur votre table de travail

comme métaphore du traitement du cancer

de votre mère ?



Creuser le web à la recherche de nouveaux 

langages












Le charme du curseur quand il aspire des mots

provenant

de pages web anonymes   comme

une rencontre furtive



Recracher ces mots

collant de saleté résiduelle 

dans un environnent connu

les nettoyer au savon textuel

puis retour à leur état virginal

gravés

prêts à être réutilisés




Sculpter avec du texte






































TABLE

I

S'il est vrai que l'avenir ou le passé soient,

où sont-ils ?









II

Enveloppe avec cinq timbres

non oblitérés



III

Devant la maison, par la fenêtre, après la rivière,

dominant la ville, l'Atlas enfin !



IV

Comment atteindre l'Absent dans la cible



V

Quelque chose s'est arrêté que je ne connais pas



VI

Repérage d'un jour



VII

La conjonction de coordination



VIII

Des boucles quasi simples




*

Accumulation vite   

Jean-Jacques Viton

ici





































Dialectique du 

hic 

ici

L’  ici  lui-même ne disparaît pas













il est
et

demeure dans la disparition
de la maison
de l’arbre
etc.

Le ceci 
se montre à nouveau
comme simplicité médiatisée

ou

comme
universalité





Transition


Le pur être est ce qui 
demeure


Dans la certitude sensible
la vérité est l’universel médiatisé
et non l’immédiat que nous visions au départ comme être




































Compas d'épaisseur 

Iwanson 

pour métal et porcelaine














quand nous cherchons à imaginer 
une courbe

nous ne pouvons pas nous la représenter 
sans épaisseur

de même 

quand nous nous représentons 
une droite

nous la voyons sous la forme d'une bande rectiligne 
d'une certaine largeur

Nous savons bien que ces lignes 
n'ont pas d'épaisseur

nous nous efforçons de les imaginer de plus en plus minces 
et de nous rapprocher ainsi 
de la limite

nous y parvenons dans une certaine 
mesure

mais nous n'atteindrons jamais 
cette limite

*


APPARITION AVEC ÉPAISSEUR

 
Épaisseur d'une couche d'un revêtement d'un tissu

épaisseur du crâne  de la peau

épaisseur d'un trait

Faible / Forte / Grande / Mince / Épaisseur

épaisseur uniforme 

à épaisseur égale 

Avoir beaucoup  peu  plusieurs mètres  quelques centimètres
 
d'épaisseur

Une épaisseur de cinq pouces

de l'épaisseur d'un doigt

























autre épaisseur aujourd'hui

Aiguilles Rouges
Altitude 2250 m
28 décembre 6 h
Épaisseur de la neige 150 cm
Vent 10 km/h
rafales -- km/h
Température -12°C
































Définir avec exactitude.

N'ai jamais changé un mot.

L'exposé : témoigne de la position la plus extrême.

S'est poursuivi. Est devenu visible.

28 décembre

Naissance de Guy Debord


*





En 1953

Debord trace
à la craie 

sur un mur de la Rue de Seine 
l'inscription 

Ne travaillez jamais 

marquant ainsi son rejet du salariat 
qu'il maintiendra 

tout au long de sa vie

Ce slogan 
repris par les émeutiers 
réapparaîtra au moment des événements 
de Mai 
68










Guy Debord et sa demi -sœur Michèle Labaste





































Dialectique 

du

nunc  

maintenant

Le maintenant est la nuit







à midi  cette vérité se sera

éventée


Le  maintenant  essentiel  qui se conserve

n’est pas l’immédiat

la nuit

mais un  maintenant  médiatisé

le  maintenant  a besoin de la nuit pour exister
et aussi que ce ne soit plus 
la nuit


Il se conserve par le fait qu’autre chose

n’est pas

Maintenant  est un  non-ceci   médiatisé

par la négation

nous le nommons un universel



Nous nous représentons

le sensible

mais nous nommons l’universel médiatisé

par le sensible


[Réfutation du sensualisme]

































VERS L' OUEST

la lune

rire aux anges

(hurler)




divine    soucoupe 

de mica

sur le Mont-Blanc



































le sommeil des arbres excite

les vagues


sommeil


un mot aussi léger qu'une

feuille
































mercredi, décembre 27, 2017






L’objet est d’essence 

immédiate

alors que le sujet est

médiatisé 








le savoir n’est pas si l’objet 

n’est pas







Mais l’objet est-il essentiel 

dans la certitude 

sensible 

?


Le ceci a deux aspects fondamentaux : 

maintenant et ici


































le carré 

de la période est 

proportionnel au cube 

du demi-grand axe  de l'ellipse 


en fin d'après-midi

pour un temps pas très long

quelquefois même pour un temps assez court

surgissent avec exagération des choses diverses 



se rappeler que les algues bougent 

avec les yeux














le carré

le cube

l' ellipse 

les algues et les yeux










































Johannes Kepler

Astronomia Nova

Heidelberg or Prague

1609

First edition 

*







Kepler crut 
découvrir 

grâce à des travaux antérieurs 
que l’Univers était 
soumis à 

des lois harmoniques 

faisant un lien entre l’astronomie et 
la musique


Dans le

Harmonices Mundi
publié en 
1619

il attribue aux planètes un thème 
musical

Les variations 
des vitesses de ces planètes 
sont représentées par les différentes notes 
composant la musique

Ainsi
il était facile de distinguer les orbites 
les plus excentriques


Mais c’est aussi 
dans cet ouvrage en cinq volumes 
que Kepler énonce sa troisième loi fondamentale 

le carré 
de la période est 
proportionnel au cube 
du demi-grand axe  de l'ellipse 


Celle-ci découle de ses recherches sur un modèle 
d’Univers harmonique























Notre monde plie 

sous le poids 

d’objets 


consommables à 

souhait, 









caducs à la mesure de leur ‘utilité’, 

encombrant l’espace de notre respiration, 

jusqu’à ce qu' essoufflés nous protestions :

«Mais avait-on besoin de tant de choses?» 





Il en est d’autres pourtant, insaisissables, joignant le «futile à l’agréable», se dérobant à l’emploi avec une élégance espiègle. Objets inconsommables, débordant nos certitudes, surgissant au cœur d’une œuvre littéraire (Borges, Proust), d’un tableau (Le radeau de la Méduse de Géricault, La Machine à gazouiller de Klee), d’un film (Eve de Mankiewicz, Gladiator de Ridley Scott), ou heurtant le flâneur au détour d’une rue, d’un musée de la porcelaine, ou d’un portique ouvrant sur un ancien jardin. Dès lors, l’éloge de ces objets inconsommables consistera à désigner le territoire où ils nous livrent un sens nouveau, un plein étonnement, une revenue au monde, dessinant les contours mêmes de la philosophie.

Jean-Clet Martin

Éloge de l’inconsommable





































pour

Elle 

les désastres n'existent pas   ils sont

ailleurs












Ses jours ni ses nuits ne sont

en danger


ses yeux voient


sa main ne tremble pas


son pouls est régulier


son cœur bat


nulle malédiction ne pèse sur ses épaules


































































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Appelfeld Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duras Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof épiphanies essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guyotat GWFH H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hart Crane Hausmann Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq HR. Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin JBE Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Millet Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Nouveautés Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paul Valéry Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Questions Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza spirale Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva TU Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venet Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog