jeudi, août 27, 2015

.



Warren Harold




























.
.

















dieu, c'est le serpent avalant la couleuvre
les hommes une race éteinte
enseigne-leur plutôt les trois espèces
du brouillard
la colère des narines
au mufle spumeux
qu'il n'est de femme qu'a nu
sein jaloux de l'autre ou
encore nos noms vite transis là
surplombant la rivière sable et pierre :
il fut
un oblat
un aloade
innominé



Jude Stéfan

vers la prose 

6























.
.


02.01.1933

#art

10.07.2014

Kariya / New york

*

Oct. 31 , 1978

(Today series  " Tuesday ")  plus



















.

























.
.




Hanne Darboven



















Untitled

1972

Encre sur papier

10 feuilles — 10 × (29 × 21,5 cm)

65 × 111 cm — Edition 1/1





























.
.















Opéradiques L'Opéra dépaysan est en déplacement. On y planche sous des rouleaux de pluie, des nuages pédagogues. L'art plusieurs aux cinq sens travaille la rhumanité. Ekphrases, les poèmes dramatiquent les liens durs entre les formes du chaos. Des efforts directionnels et bandés disent le tunnel ou labyrinthe bruyant, ruines circulaires inversées sous la scène, actions pliées, que dictent des guerres matérielles datées et les immatières du droit. Les Opéradiques (Pré-danse, Musicole, Penturage et Pagisme. impersonnages arqués) brèchent le mur qui abrite un contentieux sensible et des jugements enveloppés. Art Plusieurs est le héros discret qui tranche des dépendances à la Panthère Formante et d'impuissances au calme dormant dans la densité. Le livre est parquet-rossignol, plancher sillonné et enroué ouvrant sa trappe : le tunnel attend des lampes défleuries. Chaque forme frottée joue dans la nuit relative. La guerre au nerf optique recommence toujours, avec les ambitions. Les arts ne se donnent pas la main : l'insociable sociabilité se tend en chacun, rhybride, couvert et entouré. Par boustrophes, reptations, documents striés, échos et mots dégelés. 

D'où l'avenir d'un siècle à mains 
sous les toits pivotés.


Ph.Beck

*


Tiphaine Samoyault



*


Philippe Beck lit 

Mots gelés 

ici


























.

mercredi, août 26, 2015

.



Greffes














Il n'existe pas de langue poétique.

Il n'existe que des combinaisons,

des instants,

des lieux,

Et des greffes de peau.














Pham Bich



























.
.



Exil














Le ready-made est
un objet déplacé, dépaysé. 

Objet manufacturé (porte-bouteille), 
linguistique (mot), 
sonore (pschhh de locomotive), etc...

La pratique du ready-made 
implique donc celle du collage 
et de l'import-export. 

L'objet change de statut 
en fonction de l'environnement 
dans lequel il se trouve 
mais aussi de l'intention 
qui déterminera son exil.


*



Photographie Svetlana
ici





















.
.












Sourds et aveugles aux mots,
les poètes le sont plutôt moins que les autres.
Et pour cause, les mots c'est leur business.
Ils les isolent pour les faire chanter.
Et les exhiber aussi.

A.Labelle-Rojoux



Linda Piacentini-Yaple. Zazen  



















.
.



L'utilisation du ready-made 








dans la pratique poétique interroge d'une part le "travail" poétique (le toujours fameux "Tout le monde peut le faire" !) et à travers lui le statut du poète (leçon d'humilité ?), d'autre part la façon dont l'auteur "habite" le monde. Pas de tour de verre, pas de hors monde, pas d'intemporalité. Des morceaux prélevés, laissés tels quel ou mixés, taillés dans le réel filtré. Tous ne présente pas leurs récoltes de la même façon. Sous la mise à distance, malgré tout, persiste du style, du subjectif...





Nicolas Tardy, janvier 2000

lieu-source action poétique 158




























.
.




les petites branches


















c'étaient des petits oiseaux

et les grandes branches des grands oiseaux




*

ce qui est simple s'énonce clairement

les choses sont claires

énoncées simplement

la simplicité d'être

claire sur l'énoncé

est chose que l'on donne

clairement

avec simplicité

à sa place

ce qui est claire

s'énonce clairement



*



poèmes
cadeaux
amitié
amour

action poétique 158



*



















.


mardi, août 25, 2015

.



Dieu
sur les surfaces multiples 
du vert










Pour Dieu

les idées sont des couleurs
et pour nous des pigments











il creuse 
plus profondément que tout autre

mais ne remonte
pas à la surface

il parle sous terre

seul l'entend
qui soi-même creuse
profondément


L.A.Photographies Grand-Paradis août 2015
























.
.



Qu'est-ce qui change tout ?
















UNE MARCHE EN MONTAGNE



pleine de fraîcheur et d'éclat

une nouvelle énergie

respirez l'énergie


voici un plan de sauvetage

oui vous avez bien lu

un plan de sauvetage

la marche en montagne est un plan de sauvetage

une bouffée d'oxygène


il reçoit le message cinq sur cinq

il a besoin de silence



lors de la nouvelle lune du 13
vous tirerez bénéfice de cette nouvelle attitude 



L.A.Photographie Grand Gollet août 2015












.
.




après 
rupture avec 
Indienne













allâmes 
à la porte d'aval

dix heures 
dormîmes à l'étroit

heureux qui fut 
aimé de chaque muse

sous les nuages 
défiant tout verbe


dans un lieu-source

dans un lieu-oeuvre 



entre

viens


Soleil








L.A photographies Benevollo août 2015



























.
.
.




Lauson














je regardais 
cette aiguille avec intensité

je la regardais
avec toute ma puissance




L.A. photographies Grand-Paradis août 2015
















.









.















Il est un truisme de la critique actuelle 
qui consiste à dire que l'artiste véritable est 
celui qui a les yeux tournés vers le dedans et que celui  
qui regarde dehors n'est qu'un singe...

Passons sur le contenu du dehors, 
et savoir si, 
étant tout entier contenu dans ce dehors, 
il ne peut pas être à son tour considéré comme un dedans



la réalité
telle qu'elle est sentie
par un homme ciel

simplicité



dans l'espace blanc

entrer sortir

c'est le même pas



poéte

je suis souvent confronté
à des problématiques formelles
et non d'idées








L.A.Photographies 
Grand-Paradis août 2015



















.
.





Vittorio Sella


















isoler à la ligne
chaque impression

le cœur qui parle

les sens qui sollicitent 

conjonctions des corps
séparés par le miroir des paroles







on rencontre 
fréquemment des failles
à faible rejet qu'il est facile d'observer

mais lorsque le rejet augmente
l'observation directe devient malaisée

si l'on ne prend pas de hauteur














L.A.Photographies Grand-Paradis août 2015























.
.

















18.08.2015

9 : 25

Beau temps

l'odeur vaste et heureuse de la neige

ver le col Lauzon

choix du chemin

de la blancheur
de la chaleur

force contre force

depuis l'enfance
je me suis posé qu'une seule question

pourquoi suis-je moi?

me voilà lancé
dans une drôle d'aventure


*



Dans quelques cosmologies

le Capricorne est lié 
à l'élément classique de la Terre 

il partage cet élément 
avec le Taureau et la Vierge









L.A.Photographies 
Grand-Paradis août 2015



















.

lundi, août 24, 2015

.















traduction d’Antoine Deseix


Le ciel pâlit et quelques secondes plus tard, menaçant et proche, le tonnerre éclata comme un roulement d’artillerie. Rand avait l’impression de se lancer à la bataille, de traverser des frontières, de s’enfoncer dans des champs détrempés tapis sous des nappes de brume. C’était l’été. Les rivières étaient glauques. On entrevoyait au passage des ponts, des granges, des cours jonchées de caisses où s’entassaient des bouteilles vides et parfois, fugitivement, des montagnes dans une déchirure de nuages. Il ne parlait pas français. Ces petites agglomérations pelotonnées sur elles-mêmes avec leurs boutiques aux enseignes bizarres lui paraissaient dérisoires et, en même temps, il avait envie de les connaître.

Il commençait à y avoir de la circulation. Les phares des voitures étaient d’un jaune sulfureux. La pluie avait cessé mais les montagnes étaient cachées derrière une sorte de fumée. C’était comme si le décor avait été mis en place. Soudain, à Sallanches, la vallée s’élargit. Tout au fond, vision surprenante, le géant de l’Europe, le mont Blanc se dressait à l’improviste, auréolé de lumière.

Plus grand qu’on ne pouvait l’imaginer et, vu de près, encapé de neige. Cette première et grandiose image devait bouleverser la vie de Rand. La montagne l’aimantait, elle s’élevait avec une lenteur infinie comme une vague prête à l’engloutir. Rien ne pouvait lui résister, rien ne pouvait lui survivre. Dans la foule des aérogares, dans les villes traversées, sous la pluie, il traînait avec lui des rêves et des espérances qui, pour être vagues, n’en étaient pas moins exaltants. Il sommeillait avec eux comme on dort sur ses valises, abruti par le voyage, et, brusquement, les nuages s’étaient défaits, dévoilant dans une lumière rayonnante le symbole de tout ce qui le hantait. Son cœur battait sur un rythme étrangement insistant comme s’il était en fuite, comme s’il avait commis un crime.

Ils arrivèrent à Chamonix dans la soirée. Le silence régnait sur la place devant la gare. Le ciel était encore lumineux. Rand descendit du car. Bien que l’on fût à la mi-juin, il faisait frisquet. Les deux autres voyageurs montèrent dans un taxi pour se faire conduire à l’hôtel. Rand se retrouva seul. La ville était visiblement déserte. Il avait l’impression bizarre — c’était presque un avertissement — d’être en un lieu familier et il jeta un coup d’œil autour de lui comme à la recherche d’un détail qui lui confirmerait ce sentiment de déjà-vu. Les hôtels qui faisaient face à la gare avaient l’air d’être fermés. L’entrée de l’un d’eux était éclairée. Un chien qui gambadait sur un toit surbaissé le regarda. Les derniers rayons du soleil caressaient la cime des arbres.


Source Œuvres Ouvertes 

























.

dimanche, août 23, 2015

.



un glacier 
peut-être comme une houle


















qui passe

lente 
molle régulière

patiente
exaspérante



C'est comme de grands dos polis et luisants, 
qui s'enflent, 
donnent leur coup d'épaule, 
vous soulèvent et vous laissent retomber.




Mouvement ondulatoire 
de grande amplitude qui agite 



La houle est produite par un mouvement orbitaire des molécules liquides, décrivant toutes un cercle d'un mouvement uniforme autour d'un centre fixe. Toutes les molécules, dont les centres d'oscillation sont sur une même verticale, occupent simultanément les mêmes positions angulaires sur leurs orbites`











L.A.Photographies 
Glacier de Bassac Grand-Paradis août 2015























.
.



Nicolas Tardy















les Ready-Mades-Textuels 

Haute école d'art et de design-Genève



Des auteurs intègrent dans leurs œuvres  des fragments de textes écrits par d'autres auteurs. Ce geste artistique a connu depuis un siècle une amplification au sein des pratiques poétiques. Cet acte recouvre diverses approches dont je propose ici une description critique et un essai d'inventaire.



R.M.T

ready-mades-textuels


est un élément textuel,
de longueur variable,
prélevé (recadré ou non) dans
un lieu-source et recontextualisé
dans un lieu-oeuvre.

Pour être plus précis,
j'ajouterai que ce prélèvement
doit être conscient.




























.



dimanche, août 16, 2015



II



Des deux un flux
d'amour le feu
des deux le lien
des deux connu
flue le très doux Esprit
tout identique
inséparable.
Les trois sont un
Sais-tu quoi ? Non
Lui se sait lui-même mieux que tout.

































.
.



Talweg 
froid en altitude

















de l'Islande au sud de la France

où s'est creusée une dépression 

qui alimente en air méditerranéen humide 

une perturbation ondulant des Alpes du Sud aux Pays-Bas





Beaucoup de nuages 

fin des précipitations le matin 

frais pour la saison




sous la pluie d'été 
raccourcissent les pattes du héron 

Bashô



*

16

la forme : une chose
succède à une autre

construction de nuages

préparatifs de voyage en montagne

j'ai l'impression que j'y passe
la moitié de mon existence

nous recommençons toujours

inventer de nouvelles joies





la lumière 
à partir de maintenant sera plus 
faible

poésie

l'unique
le singulier
ce qui n'est jamais rejeté



départ

Cogne vallée d'Aoste

.

L.A.Photographie Lac Rosset juillet 2015















.


















.

Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Ristat Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog