jeudi, novembre 15, 2012

.

Gzi 24





.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.

..
.

J'étais jadis Artémis la grande,













murmure-t-elle.

J'étais jadis pleinement madame Lune.

Mais permettez-moi de rejoindre les jouets
posés à la fenêtre du Faire Croire,

il nous faut traverser les années par n'importe quelle ruse.



Quelles frivolités avez-vous assemblées contre la nuit ?
demande l'esprit de la nuit.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
..
.
.
.

.

Ô Être Un Dragon






UNE MÉDUSE






Visible, invisible,
          un charme oscillant
une améthyste ambrée
         l'habite, ton bras
approche et elle s'ouvre
         et se referme ; tu as tenté
de l'attraper et elle a tressailli ;
         tu renonces à ton intention.




Marianne Moore
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Marianne Moore











Selon Marianne Moore, la poésie se doit de créer « une place pour l’authentique », qui ne peut se trouver que dans le monde et non dans l’individu. Raison pour laquelle, le public, habitué à une poésie plus directement accessible parce que personnelle et intimiste, a pu être durablement dérouté par cette écriture toute en technique, en intellectualisme et en esprit, dont le « fini » fascinait ses pairs. Moore entend pousser le lecteur à accepter la relation entre grand et petit, entre animé et inanimé, entre idéal et objet. Dans la lignée de Pound et Eliot, elle fait de l’art avec de l’art, que ce soit à partir d’objets rares et précieux, de gravures ou de miniatures, d’animaux étranges ou fabuleux.

Elle a recours à des rapprochements en apparence incongrus et qui pourtant, par le subterfuge de son écriture, s’imposent comme une évidence. Ainsi, dans « No Better than a “Withered Daffodil” » , le poème part d’une citation de Ben Jonson pour se construire ensuite autour d’une miniature de Philip Sidney, tandis qu’ailleurs le pangolin est apparenté à l’artichaut et à l’ouvrage de ferronnerie de l’Abbaye de Westminster. Cette concaténation d’images procède d’une poésie éminemment visuelle qui cherche à aller au-delà de l’objet, en conciliant goût du détail, expérimentation linguistique, observation in vivo et lectures éclectiques. Mais ses digressions autour de citations et de photographies – qui expriment le point de vue de leurs auteurs – doublées d’une portée moraliste exercée avec distanciation et sans dogmatisme aucun, ont laissé la critique perplexe : Marianne Moore est-elle moderne ou anachronique, imagiste ou objectiviste ? Aussi a-t-on parfois reproché à sa poésie une certaine sècheresse « mathématique ».

S’il est vrai que le poème moorien s’inscrit dans un espace structuré, symétrique – mais une symétrie pentamère comme les échinodermes, ou spiralée comme le scalaire – le langage y est soumis à une danse subtile et effrénée, qui libère le pouvoir des mots. Son écriture se caractérise en effet par sa musicalité singulière puisque c’est « la syllabe [qui] donne ici la mesure (comme dans la poésie française) et non le pied » . L’introduction d’un humour vivace et éclairé contribue à l’équilibre précaire du poème moorien qui menace à tout moment de s’effondrer et qui, au contraire, affiche une miraculeuse solidité, à la manière de l’improbable pont suspendu de Brooklyn…

Étudiante, Marianne Moore présentait la création poétique comme l’art de créer des « hiboux imaginaires dans des forêts imaginaires ». Quelques années plus tard, et l’évolution est significative et instructive, elle concevra la poésie comme un « jardin imaginaire avec de vrais crapauds dedans ».


  Thierry Gillybœuf

.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.


.

Dans la nuit toute forme rigide est
anéantie par sa lumière

















de blanche vapeur pétrifiée




lune

sur la falaise de la couleur
des nuages

de forêts bleues assemblées à la hâte







NM

cette nuit
aucune lueur ne perçât
à travers les crevées de la ramure jusqu'au sol.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 8 A.a.H A.L. A.R7 A7 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chemins ChenZhen Chladni Choeur Chômei Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci messages Métaphysique Metro micro Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Politikos pommes Ponge Promenade Proust PUB puiser Qualia Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu TN Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.P. vazquez VE Venise Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog