mardi, juin 09, 2009

Caravage, repas à Emmaüs
°
Deux minutes et vingt six secondes adorables
d'un extrait du film de Vincent Dieutre
" Leçons de ténèbres "

sur le blog Insula Dulcamara

Qu'est-ce qui résonne ?

Car au bleu école des yeux,
De loin, au tumulte du ciel
Résonne comme le chant du merle
Des nuages la sereine disposition bien
Disposée par l' existence de Dieu, l'orage
.

Ce qui résonne, c'est le ciel. Sa voix est la sereine disposition des nuages. Ce qui dispose les nuages dans l'ouvert, c'est justement ce qu'ils abritent en eux : la " plus haute manifestation de l'orage ", l'éclair, le tonnerre, la tempête et les flèches de la pluie. Là-dedans est en retrait la présence du dieu. Même si les nuées d'orage voilent le ciel, elles lui appartiennent et montrent la joie du dieu. C'est pourquoi les nuages sont " bien disposés ", c'est à dire en leur correcte détermination. Dans l'ébauche, on pouvait lire d'abord " des nuages la sûre disposition ". Le mot " sûr " veut dire ici le securum, ce qui est en paix sans souci. Comme ils sont disposés dans leur détermination propre, à savoir d'être le " voile limpide " du ciel à travers quoi il résonne, les nuages sont en paix au milieu de tout tumulte.
°
Martin Heidegger
approche de Hölderlin
tel/Gallimard ( P. 214, 215 )
L.A. photographies Juin 2009

Monde

un mot
Terre comme Ciel un bon temps
Vide
pas l'étendue pas la durée suivant mon désir d'un verger d'une éclaircie
un topos paisible
un Lieu un Bon Lieu
soudain
c'est là sous l'oeil
loin dans l'espace près dans le temps
plaisir et vérité sans mesure gonflé de néant de jour et d'étoiles
un teint éclatant
ni pâle ni sombre
rien que vent sur un parfum de thym
la modernité suprême adossée au saule
le pas léger le vent l'instant
le même et incontournable
sur l'herbe le pain et le vin
.
Buona Vista par santa rosa ! un champ de Mai, rit val du Printemps, des vergers en logis, le laurier saint et l'airelle parfumée. Vue sur la haute futaie des aunes, la vallée des méditations et ses épines. Gleannaulinn, Ardeevin : Pur éclat du sommet des plaisances.
°
Sous le pas avec J.Joyce F.W. folio 2964 p. 409

Le ciel à domicile


Est-on jamais autant " chez soi " que lorsqu'on habite un nuage ? Les miracles se moquent du temps, des lieux. Connaissez-vous la nouvelle ?... L'ici et l'ailleurs se sont rencontrés !- Et où cela ? - Vous n'avez pas vu ?... Là, au fond du jardin !...
°
Temps gris, temps clair, aurore, crépuscule, change incessant :
Au grand vide j'ai appris à confier mon humble corps.
Nés de l'origine sans dessein, y retournant sans regret,
Les nuages ressemblent à l'homme qui les contemple.
°
Su Dongpo ( 1035-1101)
source François Cheng, Shitao , la saveur du monde.
Phébus

L.A. photographies, Beaufort juin 2009





.






Dans l'Extrême-Nord

là où la taïga rejoint la toundra



un arbre 

un seul

un pin









parmi les bouleaux nains, les buissons bas des sorbiers couverts de baies aqueuses jaune clair, étonnamment grosses, et les mélèzes vieux de six cents ans qui n'arrivent à maturité qu'au bout de trois cents ans, il y a un arbre spécial : le pin nain. C'est un lointain parent du cèdre (1) , un conifère : un arbuste à aiguilles persistantes avec un tronc à peine plus gros que le poing et long de deux ou trois mètres. Il se contente de peu, ses racines s'agrippent aux fentes de la roche du versant montagneux. Il est vaillant et têtu comme tous les arbres du nord. Il a une incroyable sensibilité. L'automne s'attarde, la neige et l'hiver devraient déjà être là. Des nuages bas, bleu sombre, comme pleins d'ecchymoses, défilent depuis de longues journées au bord de l'horizon tout blanc. Et aujourd'hui, au matin, le vent pénétrant de l'automne est devenu d'un calme menaçant. Est-ce un présage de neige ? Non, il ne neigera pas. Le pin nain ne s'est pas encore couché. Les journées s'écoulent, il n'y a pas de neige, les nuages vagabondent quelques part derrière la montagne, un petit soleil pâle s'est levé dans le ciel immense et c'est toujours l'automne...Mais le pin nain se recourbe. De plus en plus bas, comme sous un fardeau infini, sans cesse grandissant. Il égratigne la pierre de son faîte et se presse contre terre en écartant ses pattes d'émeraude. Il s'aplatit. Il ressemble à une pieuvre avec des plumes vertes. Ainsi couché, il attend un jour ou deux ; le ciel blanc déverse enfin une neige poudreuse et le pin nain s'enfonce dans son hibernation comme un ours. La montagne blanche se couvre de grosses ampoules neigeuses : ce sont les arbustes de pin nain couchés pour l'hiver.

La fin de l'hiver , quand la neige recouvre encore la terre sur une épaisseur de trois mètres, quand les tempêtes ont tassé dans les gorges une neige dure qui ne peut être entamée qu'au fer, les hommes attendent en vain les signes avant-coureurs du printemps, bien que c'en soit déjà l'époque selon le calendrier. Mais la journée ne se distingue en rien d'un jour d'hiver : l'air est coupant et sec comme en janvier . Heureusement, les sensations de l'homme sont trop faibles et sa perception trop simple ; d'ailleurs, il n'a pas beaucoup de sens, il n'en a que cinq, ce qui est tout à fait insuffisant pour la prédiction et la divination. La nature est plus fine que l'homme dans ses sensations. Nous en savons quelque chose. Songez aux saumons qui ne viennent que dans la rivière où a été pondu l'oeuf qui leur a donné naissance. Songez aux routes mystérieuses des migrations d'oiseaux. Les plantes et les fleurs baromètres sont pléthore. Mais voilà que dans la blancheur neigeuse infinie, dans l'entière désespérance, se dresse soudain le pin nain. Il secoue la neige de sa ramure, se redresse de toute sa hauteur et lève vers le ciel ses aiguilles vertes, givrées, à peine roussies. Il entend l'appel du printemps qui ne nous est pas perceptible et, lui faisant confiance, il se redresse, le premier de tous dans le Nord. L'hiver est terminé. Il peut se produire autre chose : quelqu'un allume un feu. Le pin nain est trop confiant. Il déteste tant l'hiver qu'il est prêt à croire en la chaleur d'un feu. Si l'on en fait un en hiver à proximité d'un buisson de pin nain recourbé, tordu pour son hibernation, il se redresse. Le feu s'éteint, et le conifère déçu se courbe à nouveau avec des larmes de dépit et se couche au même endroit. Et la neige l'ensevelit. Non, il n'est pas seulement le prophète du temps. Le pin nain est l'arbre de l'espoir : C'est l'unique arbre à feuilles persistantes de tout le Grand Nord. Dans la neige blanche étincelante, sa ramure d'aiguilles vert mat raconte le Sud, la chaleur, la vie.





























.
L' odeur des pins
arrache une aiguillée de larmes sèches
( André Du Bouchet )

un arbre tragique


L.A. photographie, les pins les rochers, juin 2009
°
J'ai toujours vu dans le pin un arbre tragique. La torsion dure et violente des branches, la toison dure, les aigrettes de sabres minuscules en guise de feuilles... Aucune concession à la mollesse végétale, mais le goût du terrain sec, caillouteux , de la pierre à fusil, de la vie brûlante, quelque chose de calciné, comme l'incarnation d'une idée sauvage de l'amour...
°
Julien Gracq
un beau ténébreux
HOME
" Il faut donner du sens à nos affaires "
François-Henri Pinault
°
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot bio BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof épiphanies essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin JBE Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Nouveautés Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paul Valéry Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Questions Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venet Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog